Blog

Matériaux au contact et bilan DGCCRF 2018

Dans le dernier rapport d'activité de la DGCCRF publié le 25 mars dernier, on peut y lire que 1143 établissements ont été contrôlés. L’enquête avait pour
objectif de contrôler l’aptitude au contact alimentaire des matériaux et objets destinés à cet usage et le respect des dispositions réglementaires générales applicables à ces matériaux (étiquetage, traçabilité, documentation, déclaration de conformité). Elle a couvert une large gamme de matériaux (plastiques, verre, papiers et cartons, etc.) et
concerné tous les stades du cycle de vie du produit, du fabricant au distributeur ou au professionnel utilisateur. 25% des produits prélevés présentaient au moins une non-conformité.

Veuillez nous contacter pour obtenir le rapport complet (réservé aux industriels).

Logo contact alimentaire

Il reste encore quelques places pour la prochaine formation sur les matériaux au contact qui aura lieu le 19 avril à Paris (Tour Montparnasse).

 
 

Perchlorate provenant d'emballage alimentaire

Dans un article publié le 20 mars 2019 par le fournisseur d'informations Civil Eats, la journaliste Rachel Cernansky discute de la présence du perchlorate (CAS 14797-73-0) dans les aliments et l'eau, ainsi que de l'évolution des discussions juridiques en cours autour de cette substance chimique. Cette substance est ajoutée aux emballages alimentaires en plastique comme moyen de contrôler l’électricité statique.

Le perchlorate interfère en partie avec la thyroïde en bloquant l'absorption d'iode.

Sodium perchlorate svg

 
 

Food Safety Culture, GFSI

On savait que le GFSI travaille pour inclure la culture de la sécurité des aliments en tant qu’exigences lors des audits de certification. Le groupe de travail du GFSI après 18 mois de travail vient de publier un document pratique destiné à aider les industries alimentaires à établir et à maintenir une culture de la sécurité des aliments.

Ce groupe a également travaillé à produire une définition de la culture de la sécurité des aliments.

La version complète du document de synthèse de la GFSI Food Safety Culture est disponible sur demande (document réservé aux industriels).

Food safte culture blog banner photo

Crédit photo : GFSI

 

Microorganismes pathogènes et non pathogènes par le système d'alerte rapide RASFF

Un récent article paru dans l'International Journal of Environmental Research and Public Health fait une analyse des microorganismes pathogènes et non pathogènes identifiés par le système d'alerte rapide pour l'alimentation humaine et animale (RASFF) sur une période étendue. 

Les microorganismes pathogènes les plus fréquemment déclarés par le RASFF de 1980 à 2017 étaient Salmonella sp., Listeria , Escherichia et Vibrio, tandis que, parmi les microorganismes non pathogènes déclarés, figuraient des microorganismes non spécifiés, Enterobacteriaceae, Salmonella sp. et coliformes. Les microorganismes ont été signalés principalement dans la viande de volaille, la viande, le poisson, les mollusques, les crustacés, les fruits, les légumes, les herbes, les épices, les noix, le lait, les céréales (dans les aliments) et dans les matières premières et les aliments pour animaux. Le nombre de notifications a diminué entre 2005 et 2006, après l’introduction du paquet hygiène et des critères microbiologiques, mais a considérablement augmenté depuis.

Pour obtenir l'article complet, veuillez nous contacter.

Bacteria 67659 640

Food Safety Culture, le suivi des non-conformités un bon indicateur

Food Safety Culture, position du problème

Les enfants sont terribles car il faut souvent sans cesse leur rappeler les mêmes choses : as-tu fait tes devoirs ? as-tu lavé tes dents avant d'aller te coucher ? as-tu lavé tes mains avant d'aller manger ? N'oublie pas de tirer la chasse d'eau ? N'oublie pas de rincer la douche ? Etc. En tant que parent, il est de notre devoir de le leur rappeler.

On peut se demander où sont les "parents" dans les entreprises agroalimentaires, au regard de l'historique des rappels depuis plus de 20 ans. Les choses n'ont pas vraiment changées. A part les rappels concernant les allergènes, nous retrouvons toujours les mêmes alertes concernant les principaux contaminants (Listeria, Salmonella...).

Les comportements déviant sur des règles de base en matière de prérequis sont encore légion : mauvais état des écoulements, présence d'eau au sol, sol dégradé, mains non lavées, produits tombés au sol et remis sur la ligne, temps d'attente non respectée, zoning non adéquat...

Pourtant depuis plus de 15 ans les référentiels de certification "food safety" et leurs audits annuels des systèmes de management de la sécurité des aliments auraient du aider à améliorer les choses. Il semble que ces certifications aient atteind leur limite et que les "parents" des entreprises agroalimentaires doivent changer leur logiciel.

Ce qui compte vraiment, c'est la manière dont l'entreprise a géré les problèmes au fil du temps. Des non-conformités répétées sans que rien ne soit corrigé montrent une culture négative de la sécurité des aliments (Food Safety Culture).

Pour cela, il y a lieu de concentrer tous les "parents" à savoir les pilotes des processus (production, maintenance, achats, R&D, qualité...) ainsi que la direction autour de la résolution des problèmes et de leur non-récurrence.

Food Safety Culture, comment faire ? (à suivre)

Door 673000 640

Crédit photo : Image parGerd Altmann de Pixabay

 
 

Modélisation de la migration

La modélisation mathématique de la migration chimique des emballages dans les produits alimentaires s’applique principalement aux matières plastiques; outil utile pour les tests de conformité aux réglementations, l'évaluation des risques, la conception d'emballages sûrs, l'estimation de l'exposition des consommateurs; de nouvelles approches pour d'autres matériaux au contact des aliments sont nécessaires.

Logo contact alimentaire

Un article de synthèse Food Packaging Forum fait le point sur le sujet.

 

FMSA et importation

La stratégie de la FDA visant à promouvoir la sécurité alimentaire et à moderniser la surveillance des aliments importés est annoncée.

La déclaration détaille les moyens par lesquels la FDA a mis en œuvre sa loi sur la modernisation de la sécurité des aliments (FSMA) , ce qui lui confère une autorité supplémentaire sur les importateurs et les producteurs de denrées alimentaires qui envoient des produits sur le marché américain et soutient les conditions de concurrence équitables entre producteurs nationaux et internationaux. Il dit qu'il cherche maintenant à optimiser ses activités de mise en œuvre de la FSMA, afin de proposer une approche plus globale de la sécurité des aliments.

American flag 2355872 640

Pour consulter cette déclaration, cliquez-ici.

Biofilms Listeria, staph et résistance aux biocides

Comportement des agents pathogènes d'origine alimentaire Listeria monocytogenes et Staphylococcus aureus dans des biofilms d'espèces mélangées exposées à des biocides

Dans les usines alimentaires, les micro-organismes résident dans des biofilms mixtes, dans lesquels la croissance et le métabolisme d'un organisme sont différents de ses comportements dans des biofilms monospécifiques. Les microorganismes pathogènes peuvent être protégés contre les traitements indésirables dans les biofilms mixtes, entraînant un risque pour la sécurité des aliments.

Une étude scientifique récente nous le rappele. Elle renforce le fait que la protection n'est pas due aux caractéristiques spécifiques de l'agent pathogène, ici, S. aureus et L. monocytogenes, mais probablement causée par des membres spécifiques ou des associations dans le biofilm mixte. Le traitement et la résistance aux biocides sont un défi pour de nombreuses industries et l’efficacité des biocides doit être testée sur des microorganismes poussant dans des biofilms, de préférence des systèmes mixtes, imitant l’environnement industriel.

4907199507 4d98732936 o

Matériaux au contact - Japon

Dans le but de développer un système formel de «liste positive» pour les matériaux en contact avec les aliments, la Commission japonaise de la sécurité alimentaire (FSCJ) a publié pour commentaires ses procédures d'évaluation proposées pour les substances en contact avec les aliments (FCS) qui ne figurent pas sur la liste positive actuelle du Japon. La proposition est disponible en japonais à l’adresse http://www.fsc.go.jp/iken-bosyu/pc1_kigu_kigushishin_310130.html.

Formation le 19 avril 2019 à Paris : Matériaux au contact, point sur les évolutions réglementaires récentes ou à venir (reconnaissance mutuelle, plastique et élastomère) - quels impacts sur les demandes d'informations à ses fournisseurs ? comment établir sa déclaration de conformité ? - 500 € H.T par participant

Pour y participer, veuillez nous contacter en cliquant ici.

Logo contact alimentaire

Sensibilité des salmonelles aux biocides et aux antibiotiques

Le nettoyage-désinfection n’augmente pas la sensibilité des salmonelles aux biocides et aux antibiotiques en abattoir d'après une étude menée par l’Anses et l’Ifip qui ne montre pas de modification de la résistance de Salmonella aux antibiotiques et aux biocides suite aux procédures de nettoyage / désinfection d’un abattoir de porcs.

Plantsani pic3

Pour en savoir plus cliquer-ici.

L'estimation des coûts de la listériose

Un article intéressant traitant du coût d'une listériose est paru en février 2019 dans la revue "Food Control".

En prenant l'exemple de l'épisode de listériose survue en Afrique du Sub en 2017 et qui a eu des répercussions importantes, comme la mortalité de 204 personnes les chercheurs ont évalué les coûts en cas de :

- mortalité : environ 230 millions d'euros;

- frais d'hospitalisation liés à la récupération d'un mois de listériose : environ 10 millions d'euros;

- pertes de productivité attribuables à la listériose pour les humains et pertes de valeur à l'exportation pour les transformateurs d'aliments : environ 13 millions d'euros.

Money 2846237 960 720

Crédit photo : Pixabay

Au regard de ces résultats, investir pour maîtriser les risques de contamination de ses productions par Listeria est indispensable et au final très rentable pour les entreprises et la société toute entière.

N'hésitez pas à nous contacter pour vous aider à mettre en place une démarche globale de maîtrise de ce contaminant. En attendant vous pouvez consulter notre page relative à Listeria.

Signalez un problème au commerçant et à la DGCCRF

La DGCCRF vient de mettre en place un nouveau service "SignalConso" via une plateforme web. Il s'agit pour l'instant d'une version Béta.

Il s'agit pour les consommateurs d'avoir la possibilité de remonter des problèmes rencontrés avec un magasin, un commerce de proximité, un café, un restaurant...ainsi qu'à la DGCCRF. Le site permet simplement d'indiquer la nature du problème. Par exemple :

- pratiques d'hygiène;

- intoxication alimentaire;

- problèmes d'informations;

- tarifs;

- etc.

Signalconso

Crédit photo : capture de l'écran du site - DGCCRF

Ce nouveau site est accessible à l'adresse suivante : https://signalconso.beta.gouv.fr/

Le site ne fonctionne pour l'instant que pour les magasins "physiques" et les lieux de restauration (café, restaurant, fast-food, salon de thé…). Espérons que l'expérience pourra être élargie.

Le site contacte le commerçant afin de l'informer (anonymisé). Le commerçant, s'il le souhaite, peut procéder spontanément aux corrections utiles, sans sanction. On peut choisir de transmettre ses coordonnées afin que le commercant puisse nous recontacter. Le signalement est enregistré dans la base de données de la répression des fraudes (DGCCRF). Si les signalements deviennent trop nombreux sur un établissement, si la situation perdure dans le temps, une alerte est envoyée aux enquêteurs afin qu'ils procèdent à un contrôle.

 
 

Lancement d’une consultation publique pour évaluer la réglementation européenne relative aux matériaux au contact

La Commission européenne vient de lancer une consultation afin d’évaluer l’efficacité et le niveau de mise en œuvre de la réglementation relative aux matériaux au contact des aliments en Europe. Il s'agit d'évaluer si le cadre législatif actuel de l’UE est bien adapté. Cette consultation est ouverte durant 12 semaines du 11 février au 6 mai 2019. Une fois l'explotation de toutes les informations récoltées, un rapport de synthèse sera publié.

Vous pouvez participer à cette consultation publique en remplissant le questionnaire en ligne.

Logo contact alimentaire

Nous proposons des formations interentreprises adaptables en intra concernant les matériaux au contact des aliments.

Voir la page formation du site.

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Comme chaque année, Santé Publique France publie une synthèse des données de Toxi-infections alimentaires collectives déclarées. A noter 1 310 foyers de TIAC déclarées en 2017 ce qui présente une diminution de 10% par rapport à 2016. La synthèse détaille les catégories d’aliment, les origines, le nombre, les agents pathogènes, la localisation. Les agents pathogènes retrouvés sont précisés ainsi que, quand cela est possible, l’origine de la contamination. L’agent pathogène le plus fréquemment confirmé était Salmonella pour 30% des TIAC. Les agents pathogènes les plus couramment suspectés, sur la base des informations épidémiologiques et cliniques, étaient Staphylococcus aureus, Clostridium perfringens et Bacillus cereus.

Tiac 2017

Crédit : Santé Publique France

 

Brexit

L’échéance du 29 mars 2019, date de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne se rapproche inexorablement et aucun accord de sortie n’est à ce jour conclu ! C’est donc l’option «Brexit dur» à laquelle les opérateurs doivent désormais se préparer. Dans ce cas, dès le 29 mars à 23h00 (heure française), le Royaume-Uni deviendra un pays tiers à l’Union européenne. Les échanges entre le Royaume-Uni et l’UE seront donc soumis aux mêmes règles que les échanges entre l’UE et tout pays tiers: droits de douane, contrôle douanier, contrôle vétérinaire (avec certificats sanitaires d’importation). Les entreprises qui ont des relations commerciales avec le Royaume-Uni ne doivent pas attendre le dernier moment pour se préparer. Elles peuvent pour cela consulter le site dédié du gouvernement français.

  Retour vers accueil

 
 

Nouvelle norme pour la migration des bouchons en liège

Une nouvelle version de la norme internationale ISO 10106 a été publiée en ce qui concerne la mesure de la migration globale des bouchons en liège.

Trees 640362 640

Crédit photo : Pixabay

Acrylamide

L’acrylamide, formé naturellement lors de cuissons à haute température au sein d’aliments riches en amidon et en un certain acide aminé (l’asparagine).

L'ANIA vient de publier un nouveau guide : tout savoir sur l’acrylamide. Ce guide est le fruit d’un travail collectif avec l’Association Nationale de la Meunerie Française, les aliments de l’enfance 0-3 ans, la Fédération des Entreprises de Boulangerie, l’Alliance 7, les Fabricants de biscuits & gâteaux de France, le Syndicat Français du Café, le Syndicat Français des Céréales de Petit-Déjeuner, le Syndicat de la Panification Croustillante et Moelleuse, le Syndicat des Apéritifs à Croquer, le Syfab, la Fédération Nationale des Transformateurs de Pommes de Terre et le Syndicat de la Chicorée de France. Cette nouvelle édition 2019 propose des fiches produit très pratiques pouvant aider les industriels à maîtriser les risques de formation.

Crédit photo : ANIA

En parallèle, l'UFC Que Choisir publie une vidéo à destination des consommateurs pour les aider à limiter les risques liées à l'Acrylamide.

Données EAT2 de l'Anses relatives à la contamination au BPA dans les aliments

L'ANSES a publié le 19 février 2019 les données EAT2 de l'Anses relatives à la contamination au BPA dans les aliments. A la lecture on ne peut qu'être surpris par le fait que celles-ci datent de la période 2007-2009. Qu'en est il aujourd'hui ?

https://www.anses.fr/fr/system/files/Donnees_BPA_EAT2_LHN.XLSX

Rappel de conserves pour chiens

Une entreprise a lancé un important rappel pour des conserves pour chiens avec des niveaux potentiellement toxiques de vitamine D, entraînant la mort et la maladie de nombreux animaux. Les produits rappelés ont été vendus en Australie, Afrique du Sud, Australie, Belgique, Bulgarie, Canada, Danemark, France, Hong Kong, Indonésie, Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, Mexique, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pologne, Portugal, République Tchèque, Corée du Sud, Espagne, Suède, Suisse et Royaume-Uni.

Plusieurs actions collectives ont été lancées aux USA contre cette compagnie.

Dog 2785074 640

Crédit photo : Pixabay

Il faut aussi s'intéresser aussi aux bactéries d'origine alimentaire

Selon des chercheurs, les bactéries d'origine alimentaire "moins mortelles" doivent être examinées de plus près. L'utilisation de techniques de traçage génétique avancées et le partage des données produites en temps réel pourraient limiter la propagation de bactéries comme par exemple Bacillus cereus. Aux États-Unis, on estime que la bactérie productrice de toxines est à l’origine de 63 400 cas de maladies d’origine alimentaire par an, mais Bacillus cereus ne reçoit pas l’attention portée aux agents pathogènes d’origine plus mortels tels que Listeria et Salmonella.

Dans le cadre d'une étude récente, des chercheurs de la Penn State University ont mis en œuvre le séquençage du génome complet de la bactérie avec partage en temps réel des données de séquençage via des bases de données ce qui présente un atout dans la détection précoce des épidémies.  La prochaine étape consistera  à faire de même pour les autres agents pathogènes d'origine alimentaire, affirment les chercheurs.

Bacillus cereus 959010 640

Crédit photo : Pixabay

 

Food Defense, les enseignements de la crise des fraises

Des recommandations sont proposées dans un rapport suite à la contamination malveillante de fraises qui a lieu l'an dernier

Le rapport de la FSANZ (Food Standards Australia New Zealand) vient d'être publié. Les vulnérabilités de la chaîne d’approvisionnement sont les nombreux points de contact entre le champ et le conditionnement, le transport, la vente au détail et le consommateur, la nature saisonnière du travail et les pratiques d’embauche de main-d’œuvre qui rendent difficile la surveillance des travailleurs et le regroupement des produits lorsque plusieurs produits sont combinés. A noter que le rapport souligne le pouvoir et l'utilisation des réseaux sociaux comme ayant un impact significatif sur cet incident, exacerbant potentiellement négativement les actes de malveillance.

Strawberries 3359755 640

Crédit photo : Pixabay

Allergies alimentaires, recommandations de l'ANSES

Les signalements reçus par le Réseau d’Allergo Vigilance® ont permis d’identifier des allergènes émergents : le sarrasin, le lait des petits ruminants (chèvre et brebis), le kiwi, le pignon de pin, l’α-galactose (présent dans la viande de mammifère), les pois et les lentilles. Ces allergènes présentent un risque d’anaphylaxies, c’est-à-dire de réactions allergiques graves, parfois plus élevé que certains allergènes de mention obligatoire, listés dans l’Annexe II du règlement européen n°1169/2011.

L’Anses recommande donc la mise à jour régulière de la liste des allergènes alimentaires qui doivent être signalés afin de mieux prévenir le risque d’allergie grave. 

Nous proposons des actions de formation concernant la maîtrise des allergènes. Veuillez nous contacter pour en savoir plus : contact@doceor.fr

2015 04 29 11 42 46

Mise en garde de l'ANSES envers les procédés anti-tartre dits « non conventionnels »

L’Anses publie son avis et son rapport relatifs aux procédés anti-tartre dits « non conventionnels » (AT-NC) placés dans les réseaux de distribution d’eau destinée à la consommation humaine (EDCH). L'Agence met en garde car ces dispositifs pourraient libérer des biofilms.

Pour en savoir, veuillez vous abonner à notre flux de veille réglementaire et scientifique.

contact@doceor.fr

4907199507 4d98732936 o

Photo Credit: compfight

Phtalates dans les matériaux en contact avec les aliments

L'EFSA lance une consultation publique sur le projet de mise à jour de son évaluation du risque de 2005 portant sur cinq phtalates dont l'utilisation est autorisée dans des matériaux plastiques en contact avec les aliments. Il s'agit des dibutylphtalate (DBP), butylbenzylphtalate (BBP), bis(2-éthylhexyl)phtalate (DEHP), di-isononylphtalate (DINP) et di-isodécylphtalate (DIDP).

Les parties intéressées sont invitées à soumettre leurs observations via la page dédiée à la consultation publique pour le 14 avril 2019 au plus tard.

Mari liis link a 618807 unsplash

Identification des sources de Salmonelles par Machine Learning

Une équipe de scientifiques dirigée par des chercheurs du Centre pour la sécurité des aliments de l'Université de Géorgie a mis au point une approche d'apprentissage automatique (Machine Learning) qui pourrait permettre d'identifier plus rapidement la source animale de certaines épidémies de Salmonella.

Bacteria 67659 640

Crédit photo : Pixabay (c)

Pour consulter l'étude : https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/25/1/18-0835_article

 
 

De nouveaux critères microbiologiques publiés

Le magazine Process Alimentaire a repris notre commentaire concernant les modifications des critères microbiologiques apportées par le règlement européen (UE) 2019/229 du 7 février 2019.

15616963 sa

http://www.processalimentaire.com/Qualite/De-nouveaux-criteres-microbiologiques-publies-36101

Mars 2019

 

La Cour des comptes appelle à renforcer les contrôles

Le rapport de la Cour des comptes publié ce 6 février 2019 consacre un chapitre entier au contrôle de la sécurité sanitaire de l’alimentation. Les sages indique que"des faiblesses persistent dans la chaîne de contrôle". La France a progressé dans le contrôle de la sécurité des aliments, mais les procédures de retrait-rappel demeurent "inefficaces" et la gouvernance de cette politique publique "doit être clarifiée". La Cour des comptes estime néanmoins que les contrôles sont mieux ciblés qu'auparavant. la Cour des comptes demande de faire participer davantage les professionnels au financement des contrôles sanitaires, soulignant que par rapport aux autres États membres de l'Union européenne, "la France met peu à contribution" ces professionnels. Le rapport souligne également les difficultés juridiques et matérielles qui s'opposent à l'efficacité des contrôles dans certains secteurs, ainsi que la nécessité que les mesures de retrait et de rappel de denrées alimentaires dangereuses soient plus transparentes et effectives. La cours invite les administrations « à travailler dans les meilleurs délais à la mise en œuvre des propositions les plus pertinentes » du rapport rendu à ce propos par le conseil national de la consommation le 13 juillet 2018, ainsi qu'à se conformer à l'obligation de publier les résultats de leurs inspections.

Impact des additifs alimentaires de taille nanométrique sur les bactéries commensales et pathogènes de l'intestin

La nanotechnologie offre à l'industrie alimentaire de nouvelles façons de moduler divers aspects de l'alimentation. Par conséquent, les nanoparticules artificielles (NP) sont de plus en plus ajoutées aux produits alimentaires et aux boissons en tant qu’ingrédients fonctionnels. Cependant, l'impact des NPs artificiels et naturels sur les micro-organismes commensaux et pathogènes du tractus gastro-intestinal (GI) n'est pas entièrement compris. L'expérience montre que se forment des complexes comprenant à la fois des NPs, des bactéries commensales probiotiques et des germes pathogènes. On observe notamment une liaison rapide de NPs à certaines bactéries (Helicobacter pylori et Listeria monocytogenes). La taille des additifs nanoparticulaires est un élément déterminant pour la liaison, devant le type de matériau ou la charge électrique de surface. Aucune incidence n'a été relevée sur la croissance des bactéries commensales. Selon les auteurs, la présence de complexes « NPs-bactéries » serait
de nature à réduire la toxicité de certains de ces additifs (
silice) et de certains germes pathogènes par rapport à leurs formes isolées : les interactions utilisent des sites de liaison qui, de ce fait, deviennent indisponibles pour attaquer les cellules épithéliales gastro-intestinales. Les résultats montrent que le recours à des additifs sous forme nanoparticulaire est susceptible de modifier le microbiome et de réduire la toxicité de certains germes, comme Helicobacter pylori, fréquent dans le milieu gastrique et pouvant être responsable d’ulcères et de cancers.

https://www.nature.com/articles/s41538-018-0030-8

Nano 184187 1280

Food Fraud - Fraudes alimentaires - groupe LinkedIn

Vous souhaitez rester informé sur l'actualité liée aux fraudes alimentaires.

Les bases de données payantes ne vous satisfont pas.

Venez nous rejoindre gratuitement sur le groupe de discussion LinkedIn relatif aux fraudes alimentaires et partager vos informations avec plus de 250 membres.

Linkedin fraudes

Norovirus dans des baies fraîches et des légumes à salade

Une étude de la FSA révèle des niveaux de norovirus dans des baies fraîches et des légumes à salade au Royaume-Uni

L’étude NoVAS vise à déterminer la quantité de norovirus au Royaume-Uni transmise par des aliments contaminés, le rôle des manipulateurs d’aliments infectés dans la transmission et s’il est possible ou non de différencier norovirus infectieux (intact) et non infectieux (endommagé). dans une variété de matrices alimentaires. Norovirus a été analysé dans 1250 échantillons de produits frais vendus au détail au Royaume-Uni. Sur 568 échantillons de laitue , 30 (5,3%) étaient positifs au norovirus. La plupart des échantillons (24 sur 30) de laitues ayant donné un résultat positif au norovirus ont été cultivés au Royaume-Uni et 19 de ces 24 échantillons contenaient du NoV GI. Sept des 310 (2,3%) échantillons de framboises fraîches étaient positifs au norovirus. La plupart (six sur sept) des échantillons de framboises fraîches testés positivement étaient importés, mais aucune prédominance de génogroupe, ni aucune saisonnalité, n'a été observée. Dix des 274 (3,6%) échantillons de framboises congelées étaient positifs au norovirus. Le pays d'origine des échantillons de framboises congelés ayant fait l'objet de tests positifs n'a pas été identifié dans la plupart des cas (sept fois sur dix).

https://www.newfoodmagazine.com/news/76981/fsa-study-reveals-levels-of-norovirus/

Allergie aux amandes

Allergie aux amandes: aperçu de la prévalence, des seuils, de la réglementation et de la détection des allergènes

L'allergie alimentaire est en augmentation depuis de nombreuses années. La prévalence de l'allergie à différents aliments varie considérablement en fonction du type d'aliment, de la fréquence de consommation et de la situation géographique. Les données de la littérature suggèrent que la prévalence de l’allergie aux noix est de l’ordre de 1% dans la population générale. L'amande est l'une de ces noix qui est fréquemment consommée dans de nombreuses régions du monde et représente un risque allergénique potentiel. Compte tenu de la nécessité d'étiqueter les produits contenant des allergènes, différentes méthodes de détection directe et indirecte ont été développées. Cependant, en l'absence de données de seuil basées sur la population et compte tenu du fait que l'allergie aux amandes est rare, la sensibilité de la détection requise est inconnue et vise donc le plus bas possible. En règle générale, cette valeur est inférieure à 1 ppm, ce qui correspond aux seuils définis pour les autres allergènes. Cette revue met en évidence le manque de données quantitatives sur la prévalence et les seuils pour les amandes, ce qui limite les progrès en matière de protection des consommateurs.

https://www.mdpi.com/2072-6643/10/11/1706/htm

Radoslaw prekurat 148700 unsplash

Matières premières importées en France et risques de déforestation et de corruption

Une étude récemment publiée par le cabinet britannique 3Keel, pour le compte de WWF France, montre que certaines matières premières importées en France sont plus à risque de déforestation et corruption que d'autres. Au-delà de l'empreinte sociale et forestière liée aux importations, l'analyse vise essentiellement à caractériser leur durabilité au regard de la déforestation et des enjeux sociaux dans les pays d'origine.

Pour en savoir +

BRC Top 10 des non-conformités

Le saviez-vous?

Les 10 principales non-conformités BRC publiées dans le monde en 2018 étaient liées à diverses causes, le numéro 1 étant celui des procédures de gestion des bris de verre. Étonnamment, le numéro 3 était l'exactitude des diagrammes de fabrication !

C’est une exigence fondamentale du système HACCP du Codex, mais près d’un quart des sites n’ont toujours pas une représentation précise de leurs opérations.

Brc top 10 nc

Nestlé publie une liste négative sur les matériaux plastiques

Nestlé a identifié plusieurs matériaux pour lesquels il est peu probable que des systèmes de recyclage soient mis en place.

Ces matériaux ne seront plus utilisés dans les emballages de nouveaux produits.

Nestlé annonce qu'il commence dès maintenant à les éliminer progressivement des emballages existants.

Negative list

Le zoning une exigence de la FMSA

Le zoning une exigence de la FMSA vue lors de la formation PCQI.

Cette exigence est en lien avec la surveillance de l'environnement au regard du risque de contamination par des pathogènes.

20190130 140355

Venez vous former aux exigences du zoning en cohérence avec les référentiels "food safety" IFS, BRC, FSSC 22000... selon les meilleures pratiques de l'EHEDG.

La formation tient compte des exigences de loi Egalim en matière d'autocontrôles et les exigences.

Pour vous inscrire, cliquer ici.

 
 

Digitalisation des processus support à la qualité et à la sécurité des aliments

Date : 20 février 2019 & Lieu : Bonchamp Lès Laval

Objectifs de l'atelier : Identifier comment construire un projet de digitalisation des processus support à la qualité et à la sécurité des aliments

Au programme :

  • Qu’est-ce que la digitalisation ?
  • Que peut-on faire avec la digitalisation ?
  • Illustration avec des exemples (audit, veille réglementaire et sanitaire, base de données...)
  • Objets connectés, pourquoi faire ?

Conditions de participation : gratuit mais exclusivement réservé aux industriels

Utilisez le formulaire de contact pour vous inscrire.

Computer 767776 340

Circulaires et instructions opposables

Notre contribution dans le magazine Process Alimentaire de janvier 2019 concernant les sites internet où trouver les circulaires et les instructions opposables.

Janvier 2019

FSSC 22000 V5

La Fondation FSSC 22000 publiera le nouveau Schéma FSSC 22000 V5 en mai 2019. Cette nouvelle version sera applicable à partir du 31 décembre 2019. Ce nouvelle version intégrera les exigences de la norme ISO 22000 version 2018.

Fs 22

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le document suivant publié lundi 14 janvier 2019 sur le site de la fondation FSSC 22000.

Nous pouvons vous accompagnez à vous préparer à ces changements.

Pour nous contacter cliquez-ici.

 

Food Fraud - Fraudes alimentaires

En cette fin d'année c'est le moment de dresser des bilans. En voici un, il s'agit d'une analyse des tendances concernant les recherches sur Google pour le mot clé "food fraud".

Lire la suite

Et si le bon exemple venait du Luxembourg ?

Rendez-vous Expert Process Alimentaire - décembre 2018

Dec18

 
 

Bacillus cereus dans les préparations pour nourrissons

Les chercheurs ont étudié la prévalence de Bacillus cereus dans les préparations pour nourrissons vendues en Chine.

Sur 6 656 échantillons, 92,47% contenaient moins de 10 unités formant colonies par gramme (CFU / g) de Bacillus cereus. Cependant, 501 échantillons ont été contaminés dans une plage de ≥ 10 UFC / g et 74 avaient plus de 100 UFC / g.

L'actualité a un peu occulté Bacillus cereus au profit de Salmonella mais cela reste un danger significatif.

 

Séchage des mains, choisir la bonne méthode

La bonne méthode de séchage reste encore le séchage des mains à l'aide de papier à usage unique.

Hand dryer 36896 1280

Les sécheurs à air pulsé d'après l'étude de suivante présente un fort risque de dispersion de la contamination.

 
 

Zoning et maîtrise de la contamination environnementale

Venez participer à la conférence du 15 novembre sur le management de la contamination environnementale et l'apport du zoning.

Aqzoning

Pour vous inscrire, cliquer ici.

Appel à l'Europe pour la protection de notre santé et la prévention des fraudes alimentaires

Une initiative européenne de plusieurs syndicats appelant la Commission européenne à défendre notre santé et à prévenir les fraudes alimentaires.

Eat original en

Elle porte sur la demande d'une indication complète du pays d'origine de l'aliment ce qui pourrait augmenter la transparence relative au produit et pourrait être un outil utile pour prévenir la fraude alimentaire.

Ainsi, le collectif appele à rendre obligatoire l'indication du pays d'origine pour tous les aliments transformés et non transformés circulant dans l'UE, et à introduire des exigences de traçabilité plus strictes selon des critères harmonisés afin de renforcer la sécurité et la transparence des aliments tout au long du processus. chaîne d'approvisionnement alimentaire.

Le texte intégral de la pétition a été publié sur le registre officiel de la Commission européenne.

FSSC 22000: reconnaissance par la GFSI

La fondation FSSC 22000 vient d’annoncer que son schéma, version 4.1, vient d'être reconnu par rapport à la version 7.1 des exigences du GFSI. Au cours de ce processus, de nouveaux champs d'application ont également été ajoutés à la reconnaissance GFSI du FSSC 22000, à savoir la production d'aliments pour animaux et les services de transport et de stockage. La version 5 est prévue pour juin 2019.

24282c793510387349970e1e86abc3a4c09a008f

 

Abattage rituel sans étourdissement préalable et logo AB

Les produits issus d’animaux ayant fait l’objet d’un abattage rituel sans étourdissement préalable peuvent se voir délivrer le label européen AB «agriculture biologique» telles sont les conclusions de l’avocat général de la cour de justice de l'Union européenne dans l’affaire C-497/17 Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs (OABA)/Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Bionoor, Ecocert France, Institut national de l’origine et de la qualité (INAO).

Butcher 1345807 960 720

Malaisie: 17 millions de produits saisis pour utilisation de faux logos halal

Pour vous tenir au courant, venez rejoindre notre groupe d'échanges sur la fraude alimentaire

https://www.linkedin.com/groups/8298582/

 

Matériaux au contact, vers une réglementation plus efficace ?

L'article publié dans le numéro de septembre 2018 du magazine Process Alimentaire

Sept18

Contrôles officiels et synergie avec la certification privée ?

Un rapport de la Commission qui est passé un peu inaperçu est disponible. Il concerne les résultats d’une mission d’enquête de la direction générale de la santé et de la sécurité alimentaire effectuée en Allemagne fin 2017 ayant pour objet  de recueillir des informations sur les modalités et la mesure dans lesquelles l’autorité compétente tient compte des résultats des systèmes d’autocontrôle et des programmes d’assurance par des tiers dans l’organisation des contrôles officiels de denrées alimentaires d’origine animale et non animale.

Si les inspecteurs officiels rencontrés ont confirmé que les contrôles officiels fonctionnent mieux et sont plus efficaces auprès des exploitants du secteur alimentaire qui sont membres de ces programmes de certification privées, ils ont en général émis des réserves sur l’absence de biais dans les contrôles exécutés par le secteur privé et sur le fait que ceux-ci puissent contribuer à des synergies avec les contrôles officiels. En particulier, le fait que les exploitants du secteur alimentaire et les organismes de certification entretiennent une relation financière et que les audits pour ces programmess sont, dans la plupart des cas, annoncés à l'avance peut avoir une incidence négative sur la fiabilité des informations et annule les effets d’autres mesures qui ont été mises en place afin de garantir leur fiabilité.

Document disponible sur demande (réservé aux industriels disposant d'une adresse email professionnelle).

PET recyclé et présence de BPA

Dans un article publié le 25 août 2018 dans la revue à comité de lecture Food Chemistry , Nicola Dreolin et ses collègues du Département de chimie analytique de l’Université de Saragosse, en Espagne, ont analysé la présence bisphénol A (BPA, CAS 80-05). -7) dans le polyéthylène téréphtalate (PET) vierge et recyclé. Il en ressort des niveaux significativement plus élevés de BPA dans le PET recyclé. Les chercheurs recommandent que les niveaux de BPA soient surveillés dans le PET recyclé.

8874091479070 livsmedelsymbol 23713 tif