Actualités

Matériaux au contact - analyse microbiologique des papiers/ cartons

Le projet de norme NF ISO 8784-3 Pâtes, papiers et cartons - Analyse microbiologique - Partie 3: Dénombrement des levures et des moisissures basé sur la désintégration est consultable. Elle viendra compléter la norme ISO 8784-1:2014 - Pâtes, papiers et cartons -- Analyse microbienne -- Partie 1: Dénombrement des bactéries et des spores bactériennes basé sur la désintégration.

Petri dish 312452 640

Venez suivre notre formation sur les matériaux au contact qui aura lieu le 22 mai 2019.

Au cas où vous ne seriez pas disponible, notre solution de e-learning peut vous permettre de suivre également cette formation quand vous voudrez et à votre rythme.

Pour nous contacter, veuillez cliquer-ici.

Food Defense, doctrine de l'Etat NRBC-E

Vient d'être publiée une circulaire datant d'octobre 2009 relative à la doctrine de l'Etat pour la prévention et la réponse au terrorisme nucléaire, radiologique, biologique, chimique et par explosifs (NRBC-E).

Cette circulaire pose les principes de prévention et de réponse au terrorisme nucléaire, radiologique, biologique ou chimique ou par explosifs massifs et fixe les objectifs se rapportant à l'organisation, à la planification, à la formation, à la prévention, à la détection, à la protection de la population et des cibles potentielles, à l'intervention et à la réhabilitation.

Pour obtenir gratuitement cette circulaire, veuillez nous contacter (attention offre réservée uniquement aux industriels).

War image pargerd altmann de pixabay

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Journée mondiale du lavage des mains, le 5 mai prochain

A l’occasion de la Journée mondiale du lavage des mains de l'OMS, le 5 mai prochain, voilà une bonne occasion pour communiquer sur ce sujet au sein de votre entreprise et améliorer votre food safety culture.

Poster2019 fr

https://www.who.int/gpsc/5may/poster2019_FR.pdf?ua=1

Des chercheurs développent une méthode pour prédire les épidémies de salmonelles

Des chercheurs de l’Université de Sydney ont mis au point un modèle capable de prévoir les épidémies plusieurs mois à l’avance.

Bien que cette prévision puisse fournir des signes avant-coureurs pour la surveillance de la maladie et permettre une affectation plus rapide et plus précise des ressources de santé, l'équipe a découvert que les futures épidémies de salmonelles pourraient s'aggraver.

L'étude a démontré que les réseaux de salmonelles fonctionnent comme des «petits mondes», un peu comme les réseaux sociaux humains, dans lesquels le monde entier est relié par une chaîne de connexions ou de diplômes très courte. Les chercheurs pensent que cette séparation étroite des agents pathogènes pourrait conduire à l’émergence d’une souche agressive, augmentant les chances d’apparition d’une «superbactérie».

Pour obtenir cette étude gratuitement veuillez nous contacter. (offre exclusivement réservée aux entreprises alimentaires)

Bacteria 67659 640

L’Ania met à jour son modèle de déclaration d’aptitude des matériaux au contact des aliments

La Déclaration de conformité à la réglementation relative aux matériaux et objets au contact des denrées alimentaires a été révisée par la Plateforme Aliment Emballage de l’ANIA après commentaires par la DGCCRF et la FCD.

Veuillez nous contacter pour obtenir ce nouveau modèle de déclaration.

Logo contact alimentaire

Pour rappel, nous organisons prochainement le 22 mai 2019 une formation sur l’aptitude au contact où les nombreuses nouveautés et projets réglementaires à venir seront abordés.

Nous proposons également cette formation en e-learning si vous ne pouvez pas vous déplacer. Vous pourrez suivre à votre rythme la formation. A la fin de votre parcours, vous pourrez poser vos questions lors d'une session en vidéoconférence.

Revor web conference pic

Veuillez nous contacter pour obtenir une offre pour cette nouvelle formation en e-learning.

Plus de 7 rappels par semaine en Europe sont liés à un agent pathogène capable de générer un biofilm

Les micro-organismes sur notre planète ont colonisé tous les sites de la biosphère, sans exception. Cela est due à une extraordinaire adaptabilité à la fois génotypique et phénotypique des micro-organismes aux stress physico-chimiques. Ainsi, des milieux aux conditions extrêmes sont occupés tels que les glaciers, les sources hydrothermales, les milieux maritimes, y compris les abysses alors rien de plus facile pour eux de coloniser une entreprise agroalimentaire.

La forme dominante dans l’environnement des microorganismes est une organisation en forme de biofilm. Un biofilm est une communauté multicellulaire plus ou moins complexe, souvent symbiotique, de micro-organismes (bactéries, champignons, algues ou protozoaires), adhérant entre eux et à une surface, et marquée parfois par la sécrétion d'une matrice adhésive et protectrice.
Il y a environ 1.000 à 10.000 fois plus de bactéries qui se développent dans un biofilm plutôt que sous forme de cellules libres (phase planctonique).

La formation de biofilm est un processus dynamique et complexe que nous pouvons diviser en cinq phases:

Phase 1. Adhésion réversible des bactéries à la surface. Faible union des bactéries avec le substrat qui se produit en à peine une minute.

Phases 2 et 3. Adhésion irréversible à la surface, avec une phase initiale de croissance et de division avec production d'un exopolymère protecteur et développement final de la colonie avec dispersion de cellules colonisatrices. Des liaisons irréversibles se forment entre 20 minutes et 4 heures.

Phase 4. Croissance et maturation. Les cellules bactériennes résultantes forment une microcolonie autour du site de liaison. Si les conditions sont adéquates, une colonie organisée ser développera. Tout au long de la phase de maturation, le biofilm s’adapte à la présence de nutriments, à l’oxygène et aux changements de populations. On estime que le développement de cette phase est de 2 à 4 jours.

Phase 5. Diffusion de cellules colonisatrices. Enfin, certaines bactéries de la matrice du biofilm en sont libérées pour coloniser de nouvelles surfaces, en fermeture ou en début de cycle.

4907199507 4d98732936 o

La croissance en biofilm augmente la capacité de survie des micro-organismes grâce à des mécanismes tels que:

  1. Il agit comme un "bouclier" protégeant les micro-organismes contre des éléments tels que les biocides et réduit les risques de déshydratation.
  2. Il augmente la disponibilité des nutriments pour la croissance bactérienne.
  3. Il permet le transfert de matériel génétique (ADN).
  4.  
  5. Sous cette forme, les bactéries peuvent être 1000 fois plus résistantes aux biocides (désinfectants) que des cellules en phase planctonique.

Il a été observé que le nettoyage avec des produits alcalins est plus efficace que le nettoyage avec des acides pour éliminer le biofilm.

Lancement d'une mission conjointe

Les ministères de la santé, de l'économie, de l'agriculture et de l'intérieur ont annoncé vendredi le lancement d'une mission conjointe de leurs services d'inspection respectifs et un rapport à l'été prochain, « pour améliorer l'organisation du contrôle de la sécurité sanitaire des aliments ».

Loupe image parrepublica de pixabay

Image par Republica de Pixabay

Allergies et voyages aériens

Pour éviter les allergies, EasyJet ne vendra plus de cacahuètes dans ses avions.

EasyJet demande aussi à ses clients allergiques à la cacahuète de le signaler avant de prendre leur vol, afin que la compagnie demande aux autres passagers de ne pas consommer de fruits à coque à bord de l'appareil qu'ils pourraient en amener avec eux.

Airplane 1209752 640

Image par Free-Photos de Pixabay

Nous formons régulièrement les entreprises à la maîtrise des allergènes (caractéristiques du dangers, fixation de seuil, évaluation des fournisseurs, maîtrise sur le terrain...), veuillez nous contacter pour en savoir plus.

Draft IFS Broker V3 en consultation publique

Le draft IFS Broker V3 vient d'être publié pour une consultation publique.

Ce qui a été fait :
• Adaptation des exigences en fonction des résultats du sondage en ligne
• Intégration des exigences pour l'atténuation de la fraude alimentaire
• Alignement du protocole d’audit sur les autres référentiels IFS
• Mise à jour du référentiel en conformité avec la nouvelle version du document d'orientation du GFSI

Si vous souhaitez obtenir cette version draft, veuillez nous contacter.

HACCP nutritionnel

Et si un nouveau danger faisait partie des études HACCP : la qualité nutritionnelle des aliments

Publié le 3 avril dans The Lancet, un article présente les résultats d'une analyse, à l'échelle mondiale (environ 200 pays), des effets des risques nutritionnels sur la mortalité et la morbidité, pour trois types de maladies non transmissibles (maladies cardio-vasculaires, diabète de type 2, cancer).

L'article indique que les risques nutritionnels analysés sont responsables de 22 % des décès des adultes, soit une contribution plus forte que tous les autres facteurs de risque, y compris le tabac. Les maladies cardio-vasculaires en sont la première cause.

Si vous souhaitez obtenir l'article comple, veuillez nous-contacter.

Hunger 413685 640

Image par Ryan McGuire de Pixabay

L'Union lance une campage #EUandMyFood

L'Union européenne lancer une campagne #EUandMyFood afin de promouvoir la qualité de la sécurité alimentaire dans l'UE.

La campagne EUandMyFood est conjointement promue par l'EFSA et les autorités nationales de sécurité des aliments dans les États membres de l'UE, avec le soutien de la Direction générale de la santé et de la sécurité alimentaire de la Commission européenne.

Pour en savoir plus, cliquer-ici.

Food Safety Culture - Bien-être au travail, tout dépend des managers

Dans un récent article paru dans les échos, l'auteur revient sur la notion de bien-être au travail et des prérequis en la matière : un espace de travail adapté et des relations de confiance.

Des axes de travail à intégrer à son plan Food Safety Culture.

Notre nouvelle formation animée sur la qualité de vie au travail (QVT) appliquée à l'industrie alimentaire vous permettra d'aborder ce sujet de manière très pragmatique.

Cette formation est animée en collaboration avec Qualitavie, société experte en la matière.

People 3245739 640

Image par Harish Sharma de Pixabay

Sécurité des aliments : de nouvelles règles pour renforcer la confiance des consommateurs

De nouvelles règles visant à garantir la fiabilité et la transparence de la procédure européenne d'évaluation des risques en matière de sécurité alimentaire ont été adoptées mercredi 17 avril 2019.

Les nouvelles règles créeront une base de données européenne commune des études commanditées, afin de dissuader les entreprises qui demandent une autorisation de passer sous silence les études défavorables. Cela permettra à l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) de rendre publiques les études soumises pour examen par des tiers, ce qui pourrait permettre de déterminer si d'autres données ou études scientifiques pertinentes existent.

Par ailleurs, afin de garantir la transparence des nouvelles règles, les demandeurs devront divulguer toutes les informations pertinentes pour l'évaluation de la sécurité. Toutefois, certains renseignements, tels que le procédé de fabrication ou de production, pourront demeurer confidentiels.

Veuillez nous contacter pour obtenir ce texte.

Le coût d'un retrait/ rappel

S'il est avéré ou soupçonné qu'un produit de consommation mis en circulation présente un risque pour la santé ou la sécurité des consommateurs, les entreprises doivent procéder au retrait et/ou rappel des produits. Cette obligation incombe aux entreprises au titre de l'obligation de sécurité générale des produits et des services.

Pour aider les TPE et PME à comprendre les enjeux et à éviter ces opérations de retrait, phénomène croissant dans l'Union Européenne, la Fédération Française de l'Assurance a édité un guide pratique.

Ce guide fait écho au récent Décret no 2019-307 du 11 avril 2019 relatif aux sanctions applicables en matière de retrait et de rappel des denrées alimentaires et des aliments pour animaux autres que ceux d’origine animale.

Pour obtenir ce guide pratique, veuillez nous contacter (réservé aux industriels).

Money 2180330 640

Image par Kevin Schneider de Pixabay

BRC Food top des non-conformités

Le top des non-conformités BRC Food

Nc brc

Brc top nc

Des nouvelles du futur BRC Packaging V6

La nouvelle édition du référentiel sera publiée en août 2019 sous un nouveau nom et avec quelques modifications notables.

Ce référentiel pour les matériaux d’emballage, telle qu’il sera publié, passera d’une norme d’hygiène pour l’industrie alimentaire à une autre axée sur la sécurité et la qualité des produits, applicable à tous les types d’emballages.

Les modifications apportées aux exigences inclueront notamment:

  •  une nouvelle clause fondamentale sur les actions correctives et préventives
  •  une nouvelle section met en place un programme de surveillance environnementale microbiologique basé sur le risque
  •  une nouvelle section sur l'authenticité du produit
  •  de nouvelles clauses sur la culture de la sécurité et de la qualité du produit
  •  l'introduction d'un nouveau module de contrôle sur le risque de rejet dans l’environnement de particules d’emballage en plastique

Des modifications seront apportées au protocole afin de simplifier la mise en œuvre sur les sites. Elles incluent notamment:

  •  un ensemble d’exigences en matière d’hygiène basées sur le risque
  •  un programme d'audit inopiné avec suppression de l'option fractionnée non annoncée.
  •  

Dates importantes :

  •  la formation des formateurs devrait commencer en juillet 2019
  •  les audits de site devront commencer en février 2020

Egg cartons 3253299 640

Image par congerdesign de Pixabay

Aptitude au contact, caoutchoucs

Le 12 février 2019, la France a notifié à la Commission européenne (CE) qu’elle a en projet de modifier les règles relatives aux matériaux et objets en caoutchouc destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires, ainsi que des sucettes pour nourrissons. Le projet d’arrêté vise à remplacer l’arrêté du 9 novembre 1994 qui jusqu’à maintenant régit les règles en matière pour le caoutchouc.

Ce texte étant donné son contenu va avoir un impact très important sur notre marché pour les fournisseurs de joints pour les équipements. Il n’est pas certain que ceux-ci seront prêts à proposer des solutions en conformité au regard du délai très court d’entrée en vigueur.

Avril 2019

Formation à venir le 22 mai 2019 – Laval – Matériaux au contact, point sur les évolutions réglementaires récentes ou à venir (plastique et élastomère) - quels impacts sur les demandes d'informations à ses fournisseurs ? comment établir sa déclaration de conformité ? - 500 € H.T par participant

Pour en savoir plus, cliquer-ici.

Food Safety Culture - Et si la notion d’engagement était dépassée ?

C’est la question que pose la célèbre revue américaine « Harvard Business Review ». L'article expose le fait que selon une étude de novembre 2017 de l’Institut Gallup, en France, seuls 6% des salariés se disent engagés (ils sont hautement impliqués et enthousiastes dans leurs fonctions et sur leur lieu de travail, ils sont sources de performance, d’innovation et font avancer l’entreprise) ; 69% affirment faire leur travail sans engagement (ils sont psychologiquement détachés de leur travail et de leur entreprise ; comme leur besoin d’engagement n’est pas satisfait, ils investissent du temps – mais pas d’énergie ni de passion – dans leur travail), quand 25% évoquent une vision négative de leur entreprise et se disent même susceptibles d’agir contre ses intérêts car ils ne sont pas seulement malheureux au travail, ils sont frustrés que leurs besoins ne soient pas satisfaits et ils véhiculent leur démotivation. Tous les jours, ces salariés sapent les accomplissements de leurs collègues engagés.

Les anciens critères de perception de l’engagement demandent donc à être repensés, au regard des attentes des nouveaux venus sur le marché du travail, mais également en résonance avec une conjoncture très incertaine et l’arrivée de l’intelligence artificielle dans nos sphères de travail. Les éléments de mesure qui existent aujourd’hui font encore écho à un espace étriqué, dans lequel le salarié serait attaché. L’engagement devrait pouvoir rimer avec audace, imagination ou envie d’entreprendre. Car finalement ce sont les notions de plaisir et d’envie qui sont les grandes absentes de nos environnements de travail, quand bien même elles sont au cœur de la problématique.

Lire la suite de l'article.

Networks 3017398 640

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Food Safety Culture - Pourquoi le personnel ne suit pas les procédures ?

Avant de pouvoir changer la culture de la sécurité des aliments (Food Safety Culture) dans un entreprise alimentaire, il faut d'abord comprendre pourquoi le personnel ne respecte pas les procédures.

En voici quelque raisons :

Le biais de l'optimisme

Un parti pris optimiste survient lorsque les membres du personnel croient que «cela ne leur arrivera pas». Dans cette situation, le personnel sous-estime la probabilité d'événements négatifs. Ce biais cognitif peut amener le personnel à prendre de mauvaises décisions et à prendre des risques, à prendre des raccourcis ou à ne pas apprécier l'impact global de leur comportement.

L'illusion de la maîtrise

L'illusion de la maîtrise est la conviction que «rien n'a mal tourné dans le passé lorsque les règles n'étaient pas suivies». Certaines personnes croient inconsciemment que, faute d'impact négatif immédiat, lorsqu'elles ne respectent pas les règles, elles maîtrisent ou influencent la situation.

La dissonance cognitive

La dissonance cognitive se produit lorsqu'un membre du personnel sait qu'il fait quelque chose de mal, par exemple en ne suivant pas les procédures, mais en essayant ensuite de justifier ses actions avec une prétendue "bonne" raison.

L'ambivalence d'attitude

L'ambivalence d'attitude est la conviction qu '«il y a des questions plus importantes». Dans ce cas, l’importance de suivre une procédure donnée peut être perdue.

Un guide devrait être prochainement publié pour aider les exploitants de petits restaurants collectifs à élaborer les différents volets de leur PMS

Suite à la demande du député Julien Borowczyk pour d'une adaptation des règles administratives concernant l'agrément sanitaire communautaire « cuisine centrale » pour des petites structures, dans la réponse on apprend qu'un guide sera prochainement publié pour aider les exploitants de petits restaurants collectifs à élaborer les différents volets de leur plan de maîtrise sanitaire.

Question N° 17819

Listeria monocytogenes dans les ingrédients & les aliments à faible humidité

Les fabricants d'aliments et les distributeurs sont chargés d'appliquer des approches scientifiques et des contrôles préventifs pour réduire au minimum le risque de maladies d'origine alimentaire lié à Listeria monocytogenes. Les préoccupations relatives à « aucune croissance » dans les aliments à faible humidité, définis comme des ingrédients et des produits finis avec une activité de l' eau <0,85, ont augmenté parce que ces aliments peuvent héberger des agents pathogènes d'origine alimentaire, même en faible nombre.

Une étude publié en avril dans la revue Food Control rassemble et évalue les informations disponibles publiquement sur la prévalence, la survie et la résistance thermique de L. monocytogenes dans les aliments à faible humidité.

Photo 115559 20180624

Nouvelles lignes directrices sur le contact alimentaire du papier et du carton

Nouvelles lignes directrices sur le contact alimentaire: l'industrie du papier et du carton aide à démontrer la sécurité de ses matériaux

Guideline

Pour en savoir plus, venez participer à nos prochaines formations.

Forum sur les allergies alimentaires

Les 1er et 3 avril 2019, le deuxième forum sur les allergies alimentaires s'est tenu à Amsterdam.  Au cours de la première journée, la question la plus discutée a été l’occasion de définir enfin des seuils. Aujourd'hui, de nombreux pays définissent leurs propres seuils par le biais de lois et les résultats pourraient être très différents. Le Codex Alimentarius a indiqué qu'il était temps que les législateurs interviennent.

Animal 927904 640

Crédit photo : Oldiefan de Pixabay

L'UE adhére à l'accord international sur les appellations d'origine et les indications géographiques

L'UE adhère à l'Acte de Genève de l'Arrangement de Lisbonne sur la protection des appellations d'origine et leur enregistrement international. L'Acte de Genève est un traité administré par l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). Un projet de règlement permettant à l'Union européenne d'exercer ses droits et de s'acquitter de ses obligations en tant que partie contractante après cette adhésion est en préparation.

Flag yellow low

 

Contamination croisée responsable de faux positifs dans un laboratoire

La contamination croisée dans un laboratoire responsable d'un faux positif à Salmonella.

En 2013, lors d'une analyse de routine d'échantillons d'aliments, un produit fini au chocolat d'une usine européenne a donné un résultat positif à la recherche de Salmonella Hadar. Parallèlement, la surveillance de l'environnement dans le laboratoire a révélé la présence d'un échantillon positif en Salmonella au niveau du thermocouple d'une étuve.

Cette contamination croisée dans le laboratoire a entraîné de graves conséquences économiques pour le fabricant de barres de chocolat, car le conteneur contenant le lot de barres de chocolat présumées contaminées par Salmonella a été détruit.

Une étude parue dans International Journal of Food Microbiology revient sur cette événement.

Si vous souhaitez obtenir l'étude merci de nous contacter (cela est réservé aux industriels).

Drew hays 206414 unsplash

Photo by Drew Hays on Unsplash

Dangers chimiques émergents dans les aliments

Une étude réalisée par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) identifie 212 substances enregistrées au sein de REACH comme présentant des "risques chimiques potentiels" dans la chaîne alimentaire. Dix produits chimiques qui n'avaient pas encore été évalués par l'UE ont été identifiées comme prioritaire pour une évaluation plus approfondie.

Capteurs activés par nanomatériaux pour les contaminants environnementaux

Le besoin et le désir de comprendre l'environnement, en particulier la qualité de l'eau et de l'air des locaux, ont continué à se développer avec l'émergence de l'ère numérique. La compréhension de l’environnement est devenue un obstacle majeur au stockage de toutes les données collectées au profit de la collecte de données suffisantes sur un large éventail de contaminants préoccupants pour l’environnement. Les capteurs activés par les nanomatériaux représentent un ensemble de technologies développées au cours des 15 dernières années pour la détection hautement spécifique et sensible des contaminants de l'environnement. Avec la promesse d'une technologie facile, peu coûteuse et déployable sur le terrain, la capacité de comprendre quantitativement la nature de manière systématique sera bientôt une réalité. Dans cette revue, publiée dans le Journal of Nanobiotechnology, sont présentés d’abord la conception de nanocapteurs avant l’exploreration de l’application de nanocapteurs à la détection de trois classes de contaminants environnementaux: les pesticides, les métaux lourds et les agents pathogènes.

Pour obtenir la revue, veuillez nous-contacter.

12951 2018 419 fig7 html

Schéma de la puce du capteur P. aeruginosa LSPR (à gauche). Courbe d'étalonnage du capteur, où la barre d'erreur représente l'écart type de tous les points de données à une concentration bactérienne spécifique (à droite). (Reproduit avec la permission de Hu et al. [ 144 ]. Copyright 2018 American Chemical Society)

Matériaux au contact et bilan DGCCRF 2018

Dans le dernier rapport d'activité de la DGCCRF publié le 25 mars dernier, on peut y lire que 1143 établissements ont été contrôlés. L’enquête avait pour
objectif de contrôler l’aptitude au contact alimentaire des matériaux et objets destinés à cet usage et le respect des dispositions réglementaires générales applicables à ces matériaux (étiquetage, traçabilité, documentation, déclaration de conformité). Elle a couvert une large gamme de matériaux (plastiques, verre, papiers et cartons, etc.) et
concerné tous les stades du cycle de vie du produit, du fabricant au distributeur ou au professionnel utilisateur. 25% des produits prélevés présentaient au moins une non-conformité.

Veuillez nous contacter pour obtenir le rapport complet (réservé aux industriels).

Logo contact alimentaire

Il reste encore quelques places pour la prochaine formation sur les matériaux au contact qui aura lieu le 19 avril à Paris (Tour Montparnasse).

 
 

Perchlorate provenant d'emballage alimentaire

Dans un article publié le 20 mars 2019 par le fournisseur d'informations Civil Eats, la journaliste Rachel Cernansky discute de la présence du perchlorate (CAS 14797-73-0) dans les aliments et l'eau, ainsi que de l'évolution des discussions juridiques en cours autour de cette substance chimique. Cette substance est ajoutée aux emballages alimentaires en plastique comme moyen de contrôler l’électricité statique.

Le perchlorate interfère en partie avec la thyroïde en bloquant l'absorption d'iode.

Sodium perchlorate svg

 
 

Microorganismes pathogènes et non pathogènes par le système d'alerte rapide RASFF

Un récent article paru dans l'International Journal of Environmental Research and Public Health fait une analyse des microorganismes pathogènes et non pathogènes identifiés par le système d'alerte rapide pour l'alimentation humaine et animale (RASFF) sur une période étendue. 

Les microorganismes pathogènes les plus fréquemment déclarés par le RASFF de 1980 à 2017 étaient Salmonella sp., Listeria , Escherichia et Vibrio, tandis que, parmi les microorganismes non pathogènes déclarés, figuraient des microorganismes non spécifiés, Enterobacteriaceae, Salmonella sp. et coliformes. Les microorganismes ont été signalés principalement dans la viande de volaille, la viande, le poisson, les mollusques, les crustacés, les fruits, les légumes, les herbes, les épices, les noix, le lait, les céréales (dans les aliments) et dans les matières premières et les aliments pour animaux. Le nombre de notifications a diminué entre 2005 et 2006, après l’introduction du paquet hygiène et des critères microbiologiques, mais a considérablement augmenté depuis.

Pour obtenir l'article complet, veuillez nous contacter.

Bacteria 67659 640

Food Safety Culture, le suivi des non-conformités un bon indicateur

Food Safety Culture, position du problème

Les enfants sont terribles car il faut souvent sans cesse leur rappeler les mêmes choses : as-tu fait tes devoirs ? as-tu lavé tes dents avant d'aller te coucher ? as-tu lavé tes mains avant d'aller manger ? N'oublie pas de tirer la chasse d'eau ? N'oublie pas de rincer la douche ? Etc. En tant que parent, il est de notre devoir de le leur rappeler.

On peut se demander où sont les "parents" dans les entreprises agroalimentaires, au regard de l'historique des rappels depuis plus de 20 ans. Les choses n'ont pas vraiment changées. A part les rappels concernant les allergènes, nous retrouvons toujours les mêmes alertes concernant les principaux contaminants (Listeria, Salmonella...).

Les comportements déviant sur des règles de base en matière de prérequis sont encore légion : mauvais état des écoulements, présence d'eau au sol, sol dégradé, mains non lavées, produits tombés au sol et remis sur la ligne, temps d'attente non respectée, zoning non adéquat...

Pourtant depuis plus de 15 ans les référentiels de certification "food safety" et leurs audits annuels des systèmes de management de la sécurité des aliments auraient du aider à améliorer les choses. Il semble que ces certifications aient atteind leur limite et que les "parents" des entreprises agroalimentaires doivent changer leur logiciel.

Ce qui compte vraiment, c'est la manière dont l'entreprise a géré les problèmes au fil du temps. Des non-conformités répétées sans que rien ne soit corrigé montrent une culture négative de la sécurité des aliments (Food Safety Culture).

Pour cela, il y a lieu de concentrer tous les "parents" à savoir les pilotes des processus (production, maintenance, achats, R&D, qualité...) ainsi que la direction autour de la résolution des problèmes et de leur non-récurrence.

Food Safety Culture, comment faire ? (à suivre)

Door 673000 640

Crédit photo : Image parGerd Altmann de Pixabay

 
 

FMSA et importation

La stratégie de la FDA visant à promouvoir la sécurité alimentaire et à moderniser la surveillance des aliments importés est annoncée.

La déclaration détaille les moyens par lesquels la FDA a mis en œuvre sa loi sur la modernisation de la sécurité des aliments (FSMA) , ce qui lui confère une autorité supplémentaire sur les importateurs et les producteurs de denrées alimentaires qui envoient des produits sur le marché américain et soutient les conditions de concurrence équitables entre producteurs nationaux et internationaux. Il dit qu'il cherche maintenant à optimiser ses activités de mise en œuvre de la FSMA, afin de proposer une approche plus globale de la sécurité des aliments.

American flag 2355872 640

Pour consulter cette déclaration, cliquez-ici.

L'estimation des coûts de la listériose

Un article intéressant traitant du coût d'une listériose est paru en février 2019 dans la revue "Food Control".

En prenant l'exemple de l'épisode de listériose survue en Afrique du Sub en 2017 et qui a eu des répercussions importantes, comme la mortalité de 204 personnes les chercheurs ont évalué les coûts en cas de :

- mortalité : environ 230 millions d'euros;

- frais d'hospitalisation liés à la récupération d'un mois de listériose : environ 10 millions d'euros;

- pertes de productivité attribuables à la listériose pour les humains et pertes de valeur à l'exportation pour les transformateurs d'aliments : environ 13 millions d'euros.

Money 2846237 960 720

Crédit photo : Pixabay

Au regard de ces résultats, investir pour maîtriser les risques de contamination de ses productions par Listeria est indispensable et au final très rentable pour les entreprises et la société toute entière.

N'hésitez pas à nous contacter pour vous aider à mettre en place une démarche globale de maîtrise de ce contaminant. En attendant vous pouvez consulter notre page relative à Listeria.

Lancement d’une consultation publique pour évaluer la réglementation européenne relative aux matériaux au contact

La Commission européenne vient de lancer une consultation afin d’évaluer l’efficacité et le niveau de mise en œuvre de la réglementation relative aux matériaux au contact des aliments en Europe. Il s'agit d'évaluer si le cadre législatif actuel de l’UE est bien adapté. Cette consultation est ouverte durant 12 semaines du 11 février au 6 mai 2019. Une fois l'explotation de toutes les informations récoltées, un rapport de synthèse sera publié.

Vous pouvez participer à cette consultation publique en remplissant le questionnaire en ligne.

Logo contact alimentaire

Nous proposons des formations interentreprises adaptables en intra concernant les matériaux au contact des aliments.

Voir la page formation du site.

Brexit

L’échéance du 29 mars 2019, date de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne se rapproche inexorablement et aucun accord de sortie n’est à ce jour conclu ! C’est donc l’option «Brexit dur» à laquelle les opérateurs doivent désormais se préparer. Dans ce cas, dès le 29 mars à 23h00 (heure française), le Royaume-Uni deviendra un pays tiers à l’Union européenne. Les échanges entre le Royaume-Uni et l’UE seront donc soumis aux mêmes règles que les échanges entre l’UE et tout pays tiers: droits de douane, contrôle douanier, contrôle vétérinaire (avec certificats sanitaires d’importation). Les entreprises qui ont des relations commerciales avec le Royaume-Uni ne doivent pas attendre le dernier moment pour se préparer. Elles peuvent pour cela consulter le site dédié du gouvernement français.

  Retour vers accueil

 
 

Nouvelle norme pour la migration des bouchons en liège

Une nouvelle version de la norme internationale ISO 10106 a été publiée en ce qui concerne la mesure de la migration globale des bouchons en liège.

Trees 640362 640

Crédit photo : Pixabay

Acrylamide

L’acrylamide, formé naturellement lors de cuissons à haute température au sein d’aliments riches en amidon et en un certain acide aminé (l’asparagine).

L'ANIA vient de publier un nouveau guide : tout savoir sur l’acrylamide. Ce guide est le fruit d’un travail collectif avec l’Association Nationale de la Meunerie Française, les aliments de l’enfance 0-3 ans, la Fédération des Entreprises de Boulangerie, l’Alliance 7, les Fabricants de biscuits & gâteaux de France, le Syndicat Français du Café, le Syndicat Français des Céréales de Petit-Déjeuner, le Syndicat de la Panification Croustillante et Moelleuse, le Syndicat des Apéritifs à Croquer, le Syfab, la Fédération Nationale des Transformateurs de Pommes de Terre et le Syndicat de la Chicorée de France. Cette nouvelle édition 2019 propose des fiches produit très pratiques pouvant aider les industriels à maîtriser les risques de formation.

Crédit photo : ANIA

En parallèle, l'UFC Que Choisir publie une vidéo à destination des consommateurs pour les aider à limiter les risques liées à l'Acrylamide.

Rappel de conserves pour chiens

Une entreprise a lancé un important rappel pour des conserves pour chiens avec des niveaux potentiellement toxiques de vitamine D, entraînant la mort et la maladie de nombreux animaux. Les produits rappelés ont été vendus en Australie, Afrique du Sud, Australie, Belgique, Bulgarie, Canada, Danemark, France, Hong Kong, Indonésie, Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, Mexique, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pologne, Portugal, République Tchèque, Corée du Sud, Espagne, Suède, Suisse et Royaume-Uni.

Plusieurs actions collectives ont été lancées aux USA contre cette compagnie.

Dog 2785074 640

Crédit photo : Pixabay

Il faut aussi s'intéresser aussi aux bactéries d'origine alimentaire

Selon des chercheurs, les bactéries d'origine alimentaire "moins mortelles" doivent être examinées de plus près. L'utilisation de techniques de traçage génétique avancées et le partage des données produites en temps réel pourraient limiter la propagation de bactéries comme par exemple Bacillus cereus. Aux États-Unis, on estime que la bactérie productrice de toxines est à l’origine de 63 400 cas de maladies d’origine alimentaire par an, mais Bacillus cereus ne reçoit pas l’attention portée aux agents pathogènes d’origine plus mortels tels que Listeria et Salmonella.

Dans le cadre d'une étude récente, des chercheurs de la Penn State University ont mis en œuvre le séquençage du génome complet de la bactérie avec partage en temps réel des données de séquençage via des bases de données ce qui présente un atout dans la détection précoce des épidémies.  La prochaine étape consistera  à faire de même pour les autres agents pathogènes d'origine alimentaire, affirment les chercheurs.

Bacillus cereus 959010 640

Crédit photo : Pixabay

 

Food Defense, les enseignements de la crise des fraises

Des recommandations sont proposées dans un rapport suite à la contamination malveillante de fraises qui a lieu l'an dernier

Le rapport de la FSANZ (Food Standards Australia New Zealand) vient d'être publié. Les vulnérabilités de la chaîne d’approvisionnement sont les nombreux points de contact entre le champ et le conditionnement, le transport, la vente au détail et le consommateur, la nature saisonnière du travail et les pratiques d’embauche de main-d’œuvre qui rendent difficile la surveillance des travailleurs et le regroupement des produits lorsque plusieurs produits sont combinés. A noter que le rapport souligne le pouvoir et l'utilisation des réseaux sociaux comme ayant un impact significatif sur cet incident, exacerbant potentiellement négativement les actes de malveillance.

Strawberries 3359755 640

Crédit photo : Pixabay

Allergies alimentaires, recommandations de l'ANSES

Les signalements reçus par le Réseau d’Allergo Vigilance® ont permis d’identifier des allergènes émergents : le sarrasin, le lait des petits ruminants (chèvre et brebis), le kiwi, le pignon de pin, l’α-galactose (présent dans la viande de mammifère), les pois et les lentilles. Ces allergènes présentent un risque d’anaphylaxies, c’est-à-dire de réactions allergiques graves, parfois plus élevé que certains allergènes de mention obligatoire, listés dans l’Annexe II du règlement européen n°1169/2011.

L’Anses recommande donc la mise à jour régulière de la liste des allergènes alimentaires qui doivent être signalés afin de mieux prévenir le risque d’allergie grave. 

Nous proposons des actions de formation concernant la maîtrise des allergènes. Veuillez nous contacter pour en savoir plus : contact@doceor.fr

2015 04 29 11 42 46

Mise en garde de l'ANSES envers les procédés anti-tartre dits « non conventionnels »

L’Anses publie son avis et son rapport relatifs aux procédés anti-tartre dits « non conventionnels » (AT-NC) placés dans les réseaux de distribution d’eau destinée à la consommation humaine (EDCH). L'Agence met en garde car ces dispositifs pourraient libérer des biofilms.

Pour en savoir, veuillez vous abonner à notre flux de veille réglementaire et scientifique.

contact@doceor.fr

4907199507 4d98732936 o

Photo Credit: compfight

Phtalates dans les matériaux en contact avec les aliments

L'EFSA lance une consultation publique sur le projet de mise à jour de son évaluation du risque de 2005 portant sur cinq phtalates dont l'utilisation est autorisée dans des matériaux plastiques en contact avec les aliments. Il s'agit des dibutylphtalate (DBP), butylbenzylphtalate (BBP), bis(2-éthylhexyl)phtalate (DEHP), di-isononylphtalate (DINP) et di-isodécylphtalate (DIDP).

Les parties intéressées sont invitées à soumettre leurs observations via la page dédiée à la consultation publique pour le 14 avril 2019 au plus tard.

Mari liis link a 618807 unsplash

Identification des sources de Salmonelles par Machine Learning

Une équipe de scientifiques dirigée par des chercheurs du Centre pour la sécurité des aliments de l'Université de Géorgie a mis au point une approche d'apprentissage automatique (Machine Learning) qui pourrait permettre d'identifier plus rapidement la source animale de certaines épidémies de Salmonella.

Bacteria 67659 640

Crédit photo : Pixabay (c)

Pour consulter l'étude : https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/25/1/18-0835_article

 
 

De nouveaux critères microbiologiques publiés

Le magazine Process Alimentaire a repris notre commentaire concernant les modifications des critères microbiologiques apportées par le règlement européen (UE) 2019/229 du 7 février 2019.

15616963 sa

http://www.processalimentaire.com/Qualite/De-nouveaux-criteres-microbiologiques-publies-36101

Mars 2019

 

La Cour des comptes appelle à renforcer les contrôles

Le rapport de la Cour des comptes publié ce 6 février 2019 consacre un chapitre entier au contrôle de la sécurité sanitaire de l’alimentation. Les sages indique que"des faiblesses persistent dans la chaîne de contrôle". La France a progressé dans le contrôle de la sécurité des aliments, mais les procédures de retrait-rappel demeurent "inefficaces" et la gouvernance de cette politique publique "doit être clarifiée". La Cour des comptes estime néanmoins que les contrôles sont mieux ciblés qu'auparavant. la Cour des comptes demande de faire participer davantage les professionnels au financement des contrôles sanitaires, soulignant que par rapport aux autres États membres de l'Union européenne, "la France met peu à contribution" ces professionnels. Le rapport souligne également les difficultés juridiques et matérielles qui s'opposent à l'efficacité des contrôles dans certains secteurs, ainsi que la nécessité que les mesures de retrait et de rappel de denrées alimentaires dangereuses soient plus transparentes et effectives. La cours invite les administrations « à travailler dans les meilleurs délais à la mise en œuvre des propositions les plus pertinentes » du rapport rendu à ce propos par le conseil national de la consommation le 13 juillet 2018, ainsi qu'à se conformer à l'obligation de publier les résultats de leurs inspections.

Impact des additifs alimentaires de taille nanométrique sur les bactéries commensales et pathogènes de l'intestin

La nanotechnologie offre à l'industrie alimentaire de nouvelles façons de moduler divers aspects de l'alimentation. Par conséquent, les nanoparticules artificielles (NP) sont de plus en plus ajoutées aux produits alimentaires et aux boissons en tant qu’ingrédients fonctionnels. Cependant, l'impact des NPs artificiels et naturels sur les micro-organismes commensaux et pathogènes du tractus gastro-intestinal (GI) n'est pas entièrement compris. L'expérience montre que se forment des complexes comprenant à la fois des NPs, des bactéries commensales probiotiques et des germes pathogènes. On observe notamment une liaison rapide de NPs à certaines bactéries (Helicobacter pylori et Listeria monocytogenes). La taille des additifs nanoparticulaires est un élément déterminant pour la liaison, devant le type de matériau ou la charge électrique de surface. Aucune incidence n'a été relevée sur la croissance des bactéries commensales. Selon les auteurs, la présence de complexes « NPs-bactéries » serait
de nature à réduire la toxicité de certains de ces additifs (
silice) et de certains germes pathogènes par rapport à leurs formes isolées : les interactions utilisent des sites de liaison qui, de ce fait, deviennent indisponibles pour attaquer les cellules épithéliales gastro-intestinales. Les résultats montrent que le recours à des additifs sous forme nanoparticulaire est susceptible de modifier le microbiome et de réduire la toxicité de certains germes, comme Helicobacter pylori, fréquent dans le milieu gastrique et pouvant être responsable d’ulcères et de cancers.

https://www.nature.com/articles/s41538-018-0030-8

Nano 184187 1280

Food Fraud - Fraudes alimentaires - groupe LinkedIn

Vous souhaitez rester informé sur l'actualité liée aux fraudes alimentaires.

Les bases de données payantes ne vous satisfont pas.

Venez nous rejoindre gratuitement sur le groupe de discussion LinkedIn relatif aux fraudes alimentaires et partager vos informations avec plus de 250 membres.

Linkedin fraudes

Norovirus dans des baies fraîches et des légumes à salade

Une étude de la FSA révèle des niveaux de norovirus dans des baies fraîches et des légumes à salade au Royaume-Uni

L’étude NoVAS vise à déterminer la quantité de norovirus au Royaume-Uni transmise par des aliments contaminés, le rôle des manipulateurs d’aliments infectés dans la transmission et s’il est possible ou non de différencier norovirus infectieux (intact) et non infectieux (endommagé). dans une variété de matrices alimentaires. Norovirus a été analysé dans 1250 échantillons de produits frais vendus au détail au Royaume-Uni. Sur 568 échantillons de laitue , 30 (5,3%) étaient positifs au norovirus. La plupart des échantillons (24 sur 30) de laitues ayant donné un résultat positif au norovirus ont été cultivés au Royaume-Uni et 19 de ces 24 échantillons contenaient du NoV GI. Sept des 310 (2,3%) échantillons de framboises fraîches étaient positifs au norovirus. La plupart (six sur sept) des échantillons de framboises fraîches testés positivement étaient importés, mais aucune prédominance de génogroupe, ni aucune saisonnalité, n'a été observée. Dix des 274 (3,6%) échantillons de framboises congelées étaient positifs au norovirus. Le pays d'origine des échantillons de framboises congelés ayant fait l'objet de tests positifs n'a pas été identifié dans la plupart des cas (sept fois sur dix).

https://www.newfoodmagazine.com/news/76981/fsa-study-reveals-levels-of-norovirus/

Allergie aux amandes

Allergie aux amandes: aperçu de la prévalence, des seuils, de la réglementation et de la détection des allergènes

L'allergie alimentaire est en augmentation depuis de nombreuses années. La prévalence de l'allergie à différents aliments varie considérablement en fonction du type d'aliment, de la fréquence de consommation et de la situation géographique. Les données de la littérature suggèrent que la prévalence de l’allergie aux noix est de l’ordre de 1% dans la population générale. L'amande est l'une de ces noix qui est fréquemment consommée dans de nombreuses régions du monde et représente un risque allergénique potentiel. Compte tenu de la nécessité d'étiqueter les produits contenant des allergènes, différentes méthodes de détection directe et indirecte ont été développées. Cependant, en l'absence de données de seuil basées sur la population et compte tenu du fait que l'allergie aux amandes est rare, la sensibilité de la détection requise est inconnue et vise donc le plus bas possible. En règle générale, cette valeur est inférieure à 1 ppm, ce qui correspond aux seuils définis pour les autres allergènes. Cette revue met en évidence le manque de données quantitatives sur la prévalence et les seuils pour les amandes, ce qui limite les progrès en matière de protection des consommateurs.

https://www.mdpi.com/2072-6643/10/11/1706/htm

Radoslaw prekurat 148700 unsplash