BRC Food V8 encourage une nouvelle culture de la sécurité des aliments

L'Organisation mondiale de la santé estime que 600 millions de personnes, soit près d'une personne sur 10 dans la population mondiale, tombent malades après avoir mangé des aliments contaminés chaque année, entraînant 420 000 décès. En outre, les problèmes de sécurité des aliments coutent de plus en plus cher aux entreprises quand ils se produisent.

La dernière révision du référentiel du BRC Food V8, qui a été publiée le 1er août, a pour ambition de remédier à cette situation notamment en rendant clef une nouvelle clause obligeant les fabricants de produits alimentaires à élaborer un plan stratégique pour la culture de la sécurité des aliments (Food Safety culture strategic plan).

Rawpixel 597440 unsplash

 

Le référentiel donne comme définition à la culture relative à la sécurité des denrées alimentaires : attitudes, valeurs et/ou convictions prévalant sur le site, relatives à l’importance de la sûreté des denrées alimentaires et à la confiance apportée aux systèmes de sécurité alimentaire, aux processus et aux procédures utilisées par le site.

Il faut pour y répondre définir les activités impliquant toutes les chapitres du référentiel qui affectent la sécurité des produits et inclure un plan d'action indiquant comment ces activités seront entreprises et mesurées, ainsi que les délais prévus et un examen de l'efficacité des activités réalisées.

Les fabricants de produits alimentaires devront s’assurer que leur plan repose sur un processus de réitération intégrant les principes du PDCA.

Pour évaluer leur culture actuelle en matière de sécurité sanitaire des aliments, mettre en œuvre les changements et évaluer les améliorations, ils seront également encouragés à mettre en place les éléments suivants: 

+  Une enquête sur le personnel axée sur les valeurs et la culture ;

+  Examens annuels individuels et programmes de reconnaissance ;

+  Mécanismes de rétroaction des employés ;

+  Revues de formation et développement du personnel ;

+  Travail d'équipe (par exemple, implication du personnel dans la définition des objectifs de sécurité des produits) ;

+  Stratégies de communication efficaces.

Les auditeurs BRC devront examiner le plan stratégique relatif à la culture sécurité des aliments et obtenir des preuves lors d'un entretien avec la direction pour déterminer comment le plan a été élaboré, financé, diffusé parmi le personnel, et est en cours de management et de révision.

Lorsque les organisations n’auront pas mis en place de plan, celui-ci sera enregistré comme une non-conformité majeure.

Rawpixel 656711 unsplash

 

Il n'y a pas de solution miracle pour changer la culture de la sécurité des aliments au sein d'une organisation. Les entreprises sont donc encouragées à ne pas limiter leur plan à 12 mois. En outre, les organisations sont plus susceptibles de réussir à changer la culture de la sécurité des aliments lorsqu'elles accordent la priorité à deux ou trois questions essentielles pour améliorer leur culture de la sécurité des aliments, plutôt que d'adopter une approche généralisée ayant un impact limité.

Le principal défi auquel les organisations sont confrontées en matière de culture de la sécurité des aliments est qu'elles surestiment historiquement le niveau d'engagement et sous-estiment le niveau de ressources requis pour établir et maintenir une culture de sécurité proactive, en termes de contrôle, coopération, communication et compétence. La réalité est que les plans culturels proactifs des organisations échouent souvent en raison des pressions exercées sur leur travail et de leur incapacité à entretenir une mentalité culturelle proactive. Ainsi, le véritable test pour les fabricants de produits alimentaires sera désormais de savoir s'ils veulent adopter pleinement les exigences culturelles en matière de sécurité des aliments exigées par BRC et éviter un scénario dans lequel leurs bonnes intentions se dissipent dans un exercice académique.

Nous pouvons vous aider à mettre en place votre plan stratégique pour la « food safety culture » via nos actions de formation.

×