allergies alimentaires allergènes étiquetage

Commission du Codex Alimentarius, une pluie de décisions

La Commission du Codex Alimentarius s'est réunie du 8 au 12 juillet 2019 au Centre International de Conférences (CICG) de Genève afin d'examiner des normes de salubrité et de qualité alimentaires.

A noter que de nouveaux textes ont été approuvés :

Nouveau texte de développement des directives pour le contrôle de la toxine de Shiga produisant l’Escherichia coli (STEC) dans la viande bovine, les légumes-feuilles verts, le fromage conçu à partir du lait cru et dans les germes

Nouveau texte sur l’étiquetage des allergènes

Nouveau texte sur les ventes sur internet/e-commerce

Création de niveaux maximum pour les aflatoxines dans certains céréales et produits fabriqués à partir de céréales, dont la nourriture pour bébés et jeunes enfants

Etc.

Voir ici.

Allergies aux arachides, stratégie d'atténuation du risque

L'allergie aux arachides retient l'attention de manière significative en raison du taux élevé de sensibilisation, de l'augmentation de cette allergie et de la sévérité de la réaction adverse. Des thérapies suffisamment fiables et des techniques d'atténuation efficaces pour lutter contre l'allergie aux arachides font encore défaut. La gestion actuelle repose sur l'évitement des arachides et des noix et des graines avec des protéines homologues.

Animal 927904 640

Un récent article scientique indique qu'en plus des pratiques traditionnelles de traitement thermique et chimique, de nouvelles approches de traitement telles que le traitement à haute pression, à la lumière ultraviolette pulsée... pourraient réduire l'immunoréactivité de l'arachide. L'hydrolyse enzymatique semble être également une technique permettant de diminuer le potentiel allergène de l'arachide...

Pour accéder à la suite de cet article, veuillez vous abonner à notre veille Sécurité des Aliments.

Veille à partir de 1€ par jour.

Allergies alimentaires et leur connaissance, cas des restaurateurs en Allemagne

Dans un récent article d'avril 2019, des chercheurs ont évalué les connaissances et la perception des allergènes alimentaires par des restaurateurs. En l'occurence ceux de la ville de Düsseldorf, en Allemagne.

Les résultats sont malheureusement assez proche de ceux que l'on pourrait attendre en France.

Seulement 18 % des participants ont été incapables de nommer un seul allergène, 30 % ont pu en nommer trois correctement et près de 41 % ont répondu convenablement à l'ensemble des questions posées.

Nous tenons à votre disposition l'article complet (offre réservée aux industriels).

Veuillez nous contacter.

Animal 927904 640

Forum sur les allergies alimentaires

Les 1er et 3 avril 2019, le deuxième forum sur les allergies alimentaires s'est tenu à Amsterdam.  Au cours de la première journée, la question la plus discutée a été l’occasion de définir enfin des seuils. Aujourd'hui, de nombreux pays définissent leurs propres seuils par le biais de lois et les résultats pourraient être très différents. Le Codex Alimentarius a indiqué qu'il était temps que les législateurs interviennent.

Animal 927904 640

Crédit photo : Oldiefan de Pixabay

Allergies alimentaires, recommandations de l'ANSES

Les signalements reçus par le Réseau d’Allergo Vigilance® ont permis d’identifier des allergènes émergents : le sarrasin, le lait des petits ruminants (chèvre et brebis), le kiwi, le pignon de pin, l’α-galactose (présent dans la viande de mammifère), les pois et les lentilles. Ces allergènes présentent un risque d’anaphylaxies, c’est-à-dire de réactions allergiques graves, parfois plus élevé que certains allergènes de mention obligatoire, listés dans l’Annexe II du règlement européen n°1169/2011.

L’Anses recommande donc la mise à jour régulière de la liste des allergènes alimentaires qui doivent être signalés afin de mieux prévenir le risque d’allergie grave. 

Nous proposons des actions de formation concernant la maîtrise des allergènes. Veuillez nous contacter pour en savoir plus : contact@doceor.fr

2015 04 29 11 42 46